le 11 octobre 2016

Recherche – Innovation : Thierry MANDON à la rencontre des entrepreneurs du Rhône

Thierry MANDON, Secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche était à Lyon le 10 octobre dernier, pour un échange avec les entrepreneurs réunis autour de Laurent FIARD, président du MEDEF Lyon-Rhône, sur le thème « Comment lever les freins à l’innovation et à la recherche ? »

Après le mot d’accueil de Khaled BOUABDALLAH, président de la COMUE – Université de Lyon, rappelant la bonne collaboration Université –Entreprises dans le Rhône, se traduisant notamment par le lancement en 2012 de la plateforme Doctor’Entreprise qui met en relation les entreprises avec les laboratoires de recherche et les doctorants, le Ministre a souligné d’entrée de jeu quelques caractéristiques de l’écosystème « Recherche-Innovation » actuel :

– Malgré des progrès indéniables, nécessité de professionnaliser encore la relation Université – Entreprise, et de favoriser le contact direct (développement des SATT et des outils d’interface, type Doctor’Entreprise ou DocPro au plan national)
– Nécessité d’accélérer et de simplifier la relation administrative (notamment, montage des dossiers CIFRE et définition des règles de partage de la propriété intellectuelle)
– Nécessité de promouvoir les dispositifs existants (52% des entrepreneurs ne connaissent pas le crédit d’impôt-recherche, et 60% des DRH ne connaissent pas la thèse CIFRE)
– Nécessité enfin pour les entreprises de plus recourir aux compétences des docteurs qui, dans leur domaine de spécialité, détiennent une connaissance précieuse de l’état de l’art à l’échelle mondiale

Dans l’échange qui a suivi, les entreprises présentes (ACTI, ALSTOM, CIRLY SAS, CONDAT, IBM, MEDTRONIC, MERCK Santé, SANOFI PASTEUR, SEB, VOLVO Group…) ont pu témoigner des difficultés rencontrées sur le terrain. Parmi celles-ci, ont notamment été pointées :

– L’absence de stabilité des lois et l’effet dévastateur des lois rétroactives
– La lourdeur et la lenteur administrative dans le montage des dossiers CIFRE amenant parfois des PME à renoncer à embaucher un doctorant
– La difficulté à embaucher des doctorants étrangers, malgré des assouplissements
– Une reconnaissance insuffisante de la recherche privée et de l’innovation des entreprises, au profit de la recherche fondamentale (faute de connaitre l’entreprise, 80% des doctorants se destinent à l’enseignement ou à la recherche publique, alors même que plus de la moitié d’entre eux seront embauchés dans les entreprises)
– La non prise en compte de la réalité de l’économie numérique comme domaine essentiel de la recherche et de l’innovation (l’administration ne disposant souvent pas des compétences en interne pour juger de l’importance des enjeux)
– La difficulté à modéliser des pratiques gagnantes
– L’état d’esprit de l’administration souvent suspicieuse à l’égard des entreprises, notamment dans le cadre des contrôles fiscaux post-CIR
Durant les débats, des propositions ont même été faites, visant à améliorer les dispositifs en place : Par exemple, l’idée de préfinancer l’embauche des jeunes doctorants a été avancée (Franck DEBAUGE – ACIES), tout comme celle visant à rendre obligatoire le débat contradictoire avec les experts techniques du CIR, comme cela se pratique en matière fiscale (Rémi BARNEOUD – TAJ).

En conclusion des échanges, et après avoir entendu les propositions d’améliorations formulées par les entreprises, Thierry MANDON s’ est engagé à des évolutions rapides, telles que :

– Modification de la CIFRE dans le cadre du plan de simplification N°2
– Evaluation sans remise en cause du crédit d’impôt-recherche, mais avec la volonté d’éclaircir le fait que les crédits alloués au CIR ont été multipliés par deux (5,5 milliard d’euros) alors que dans le même temps, la part des dépenses privées de R et D est restée stable
– Augmentation des moyens alloués à l’ANR (500 M€ à ce jour)
– Promotion des SATT et de tous les outils permettant l’internalisation des plateformes d’accueil des entreprises au sein des universités, et inversement, l’installation des laboratoires universitaires au sein des entreprises.

On retiendra de cette rencontre des échanges riches en contenu, ainsi que la pertinence de l’initiative partenariale prise en 2012 entre l’Université de Lyon et le MEDEF Lyon-Rhône pour favoriser l’accompagnement des entreprises (et singulièrement les PME) dans l’embauche de doctorants.