NOTRE EXPERTISE

POURQUOI CAPITALISER SES DÉPENSES DE R&D SELON LA NORME IAS 38 ?

  • En accroissant la valeur de l’entreprise cliente par la génération d’un actif,
  • En différant les charges de développement sur la durée de l’amortissement,
  • En améliorant de ce fait vos ratios financiers,
  • Une meilleure communication sur la valeur ajoutée de la R&D vis-à-vis des tiers (marché, banques, investisseurs, analystes),
  • Une anticipation des impacts d’une décision de capitalisation, notamment en termes d’amortissements et de dépréciations d’actifs,
  • Une sécurisation du CIR qui sera potentiellement généré dans le futur par les dépenses capitalisées.

POURQUOI FAIRE APPEL À NOUS ?

  • Nos compétences scientifiques, fiscales et financières nous permettent de vous accompagner sur l’ensemble de la démarche de capitalisation des dépenses de développement en respect de la norme IAS 38.
  • Nos équipes financières comptent d’anciens auditeurs et directeurs financiers, disposant d’une parfaite maîtrise des normes IFRS en général et d’IAS 38 en particulier.
  • Nos équipes techniques disposent des compétences nécessaires pour mener à bien l’analyse des projets de R&D à capitaliser, bénéficiant de l’expérience acquise au cours des missions CIR que nous menons depuis 25 ans.
IAS 38 est une norme issue du référentiel comptable international IFRS et relative aux immobilisations incorporelles. Elle permet entre autres de capitaliser des dépenses de R&D sous certaines conditions bien spécifiques. L’examen de ces conditions requiert notamment la référence à une définition de la R&D similaire à celle du Crédit Impôt Recherche (CIR), de même que l’examen de la finalité des projets de R&D concernés.

Il convient de noter que la méthode d’analyse à utiliser est la même dans le cas de comptes établis en French GAAP (comptes sociaux et comptes consolidés), le référentiel comptable français se basant sur la norme IAS 38 sur ce sujet.

 

Catégorisation des dépenses

de R&D entre « Coûts de Recherche » et
« Coûts de Développement », selon la définition établie par la norme, afin d’identifier les dépenses potentiellement
« capitalisables ».

Vous souhaitez contacter un conseiller ?

Contactez Christophe