Par Amélie BRAVARD
Consultante – Financement de l’Innovation
ACIES Consulting Group

Cicatrisation des plaies : les idées se multiplient plus vite que les bactéries!

Le problème de la cicatrisation est un problème de santé publique. Qu’il s’agisse de plaies chroniques ou de brûlures graves, l’infection des plaies pendant le processus de cicatrisation est toujours redoutée.

 

Traitement des plaies et Pansements Hydrogels

Pensant hydrogelIl est aujourd’hui admis que la cicatrisation est plus rapide en milieu humide qu’en milieu sec et l’usage systématique des antiseptiques est désormais proscrit. En effet, toute plaie est colonisée par une flore bactérienne qui n’est pas délétère et qui participerait même à la cicatrisation.

Dans le but d’améliorer la cicatrisation, différentes sortes de pansements sont aujourd’hui proposés dont les pansements hydrogels développés notamment par les Laboratoires URGO. Les hydrogels sont des gels polymériques composés à 80% d’eau aux propriétés détersives (nettoyantes).

Par un ramollissement de la plaque de nécrose grâce au milieu humide, les hydrogels stimulent le processus de détersion auto-lytique naturel et absorbent les extrudas (cf. Illustration ci-contre : Echanges entre la plaie et l’hydrogel).

 

Innovations dans le domaine de la cicatrisation des plaies

Les idées innovantes se multiplient dans le domaine de la cicatrisation des plaies, souvent dans le but d’éviter le développement de bactéries pathogènes, qui peut conduire à de graves complications pour le patient. Ces innovations sont souvent le fruit de travaux de recherche importants.

pansement fluoOn peut citer notamment une équipe de britanniques qui, partant du fait que les bactéries se multiplient en structure « matricielle » formant un biofilm sur la plaie, a développé un pansement prototype qui devient fluorescent 4h après l’apparition d’un biofilm pathogène. Les chercheurs ont eu l’idée d’utiliser un film d’agarose (polymère à base d’agar-agar purifié gélifiant) dans lequel ils ont dispersé de petites vésicules de colorant fluorescent permettant de révéler spécifiquement la présence de bactéries pathogènes [1]. Des tests ex vivo sur modèle de peau ont permis de démontrer l’efficacité du pansement. Des études chez l’homme sont prévues dans l’optique d’une mise sur le marché en 2020.

oeufsUne autre idée originale est issue des recherches de l’institut national sur la santé au Royaume-Uni dans le but de soigner les plaies chroniques. Cet autre groupe Anglais s’est intéressé aux coquilles d’œufs comme agent de cicatrisation. En effet, les chercheurs démontrent que le zinc contenu dans les coquilles d’œufs en quantité importante favorise la régénération des tissus. La matrice du pansement, générée par les chercheurs, associe des coquilles à de l’alcool polyvinil qui constitue un véritable hydrogel nanocomposite. Un test de pénétration bactérienne a permis aux chercheurs de démontrer la capacité de cet hydrogel à faire écran contre les microorganismes et à protéger ainsi physiquement des infections [2]. En outre, ce patch composé de coquilles d’œufs broyés permettra d’utiliser un sous-produit de l’industrie agro-alimentaire. Il sera probablement disponible dès 2018 après les essais cliniques.

Ces développements issus de la recherche ne sont que des exemples parmi un grand nombre d’innovations dans le domaine de la cicatrisation des plaies. Les développements des laboratoires URGO en font partie avec un projet européen de photothérapie, visant à suivre l’évolution des plaies chroniques et stimuler leur cicatrisation avec des diodes électroluminescentes. Selon l’intensité de la lumière, les chercheurs montrent un effet anti-microbien et un effet de stimulation des fibroblastes. La difficulté réside dans la détermination de la juste dose permettant d’associer ces deux effets. D’autre part, les laboratoires URGO s’intéressent aussi au potentiel de la lumière dans la mesure du flux sanguin et de l’oxygénation des plaies de façon non invasive. Les chercheurs d’URGO regorgent donc d’idées dans ce domaine qui tend à s’étendre notamment à cause de la progression du diabète et de ses complications associées (ulcère du pied diabétique). Des produits innovants sont donc à venir du côté des pansements.

Références bibliographiques

[1] T. Thet†, et al. « Prototype Development of the Intelligent Hydrogel Wound Dressing and Its Efficacy in the Detection of Model Pathogenic Wound Biofilms”. ACS Appl.Mater.Interfaces (2016).

[2] Sirousazar M, et al. “In vitro and in vivo assays on egg white/polyvinyl alcohol/clay nanocomposite hydrogel wound dressings”. J Biomater Sci Polym Ed (2016).